Grand barrage de la Renaissance : Felix Tshisekedi insiste sur la reprise des négociations tripartites

Le chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a procédé ce dimanche 4 avril 2021 au lancement des travaux de la conférence ministérielle de Kinshasa sur la poursuite des négociations tripartites sur le Grand barrage éthiopien de la Renaissance.

Malgré les divergences autours de la gestion de ce grand barrage de Raissance sur le fleuve Nil qui a duré plus de trois mois entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie, le Président de l’Union Africaine, Félix Tshisekedi a déclaré au cours de son intervention que toutes les divergences à ce propos ne doivent pas être regardées comme une fatalité mais plutôt comme une chance pour un meilleur rapprochement des populations et l’ouverture de nouvelles opportunités de coopération transfrontalière.

Reconnaissant que plusieurs séries de négociations ont échoué ces dernières années, Félix Tshisekedi a convié que la poursuite de cette négociation représente une nouvelle page de coopération entre les trois pays et doit nécessairement aboutir à des solutions judicieuses.

 » Il nous faut avec réalisme mais aussi détermination, trouver des issues heureuses et durables pour se parler et échanger régulièrement les informations, pour nous accorder sur la poursuite sans relâche du processus ainsi amorcé, sur la périodicité de nos rencontres, pour vider progressivement les points en suspens, pour arriver à un arrangement consensuel gagnant-gagnant, apaisant pour les uns et les autres », a déclaré Félix Tshisekedi

Tout compte fait, le chef de l’État congolais a signalé la volonté des pays concernés à pouvoir reprendre de dialogue, au point mort depuis trois mois, sur le projet éthiopien du grand barrage de la Renaissance (GERD), lancé en 2011 et destiné à devenir la plus grande installation hydroélectrique d’Afrique.

RM

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 vote
Article Rating