Dossier 100 jours : Le procès en appel de Kamerhe et consorts suspendu

La cour d’appel a suspendu les audiences du prévenu Kamerhe et consort ouvertes le lundi 15 février à la prison centrale de Makala.

Selon le conseil de Vital Kamerhe, la surceance en instruction de la cause est due au fait de la production d’un arrêt de données de la cour de cassation brandi devant la cour d’appel par Dieudonné Muyutu , un des prévenus condamnés dans le procès 100 jours.

Au regard de la loi, la cour d’appel de Kinshasa Gombe a ordonné la suspension des séances en attendant la décision de la cour de cassation qui devra déterminer si la cause doit être appelée devant une autre cours ou pas.

Il sied de signaler que la presse tant nationale qu’internationale n’avait pas accès à cette première audience, elle s’est donc déroulée à huit-clos pour de raisons qui demeurent inconnues.

« C’est dommage que la presse n’ait pas été associée au procès , nous le dénonçons et le déplorons. On se pose la question de savoir qu’est ce qu’on cache? » S’interroge Bertin Mubonzi , cadre de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti propre à Vital Kamerhe, sur les ondes de Top Congo.fm

Tout en restant persuadé de l’innocence de son leader, Bertin Mubonzi , s’entend à un procès équitable pourque la vérité puisse triompher.

« Nous sommes tous sereins. Nous voulons que les choses se passent dans le respect des règles de l’art . Nous avons les éléments ça sera l’occasion une fois pour toute de tirer les choses au claire et de prouver l’innocence du président Kamerhe. » A-t-il dit.

Rappelons que le 20 juin 2020, le tribunal des Grandes Instances de la Gombe a condamné Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet du Président de la République à 20 ans des travaux forcés et 10 ans d’inéligibilité pour détournement d’une somme à la hauteur de 50 millions de dollars destinés au financement du programme de 100 jours initié par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Don du ciel TOLENGA