Union sacrée : 4 ministres FCC font bloque derrière Félix Tshisekedi

Quatre ministres, anciens membres du Front Commun pour le Congo, reçus, ce lundi 18 janvier 2021, par le Chef de l’État Félix Tshisekedi, ont confirmé leur appartenance ainsi que celle de leurs regroupements politiques respectifs à la nouvelle majorité parlementaire.

Il s’agit de José Panda, ministre de la Recherche scientifique, Julien Paluku, ministre de l’industrie, Jonathan Bialosuka, ministre du pêche et élevage ainsi que Jean-Lucien Busa, ministre du commerce extérieur.

Ces quatre personnalités politiques se targuent de représenter des dizaines de députés nationaux, quatre gouverneurs de provinces ainsi que des députés provinciaux.

Alliance des Démocrates pour le Renouveau et le Progrès (ADRP), Alliance des Acteurs pour la Bonne gouvernance du Congo (AABC), Action Alternative pour le Bien-être et changement (AAB) et la Coalition des Démocrates (CODE), seraient des partis qui dorénavant font parti de l’Union sacrée de la nation prônée par le chef de l’Etat.

Il faut cependant noter que la réalité observée sur terrain entretient de nombreux doutes quant à la viabilité de l’Union Sacrée qui vascille dans le jeu sombre des calculs politiciens. Ensemble de Moïse Katumbi et le MLC n’envoient pas forcément des signaux encourageants pour le camp presidentiel.

Felix Tshisekedi doit impérativement refaire ses calculs et tenter de bâtir avec des plus petits blocs contrôlés notamment par ces 4 ministres, engagés visiblement dans une guerre de survie personnelle. Leur poids politique réel est loin d’être vérifié mais dans les circonstances actuelles, on se contente de chaque nouvelle brique.

Entre-temps, la plénière de ce mardi 18 janvier 2021, prévue à l’Assemblée nationale, a une fois de plus été reportée. Il semble que les tractations au sein de l’Union sacrée se poursuivent sans pour autant avancer. Ce statu quo n’a t-il pas inspiré ces 4 ministres, les poussant à tenter un coup d’éclat dont l’issue est quoiqu’il en soit prévisible ; ils ne parviendront pas à donner une majorité parlementaire à Felix Tshisekedi.

Adrien Vangu