Assemblée nationale : ‘’Cette initiative n’a aucun fondement juridique’’ Gaël Busa

Étant dans le viseur des certains députés majoritaires du PPRD, qui ont lancé une motion de censure pour le déchoir, le bureau d’âge que régente Christophe Mboso, au travers son rapporteur Gaël Bussa juge cette pétition d’infondée juridiquement parlant.

Dans un communiqué signé par le premier secrétaire, le bureau Mboso a signifié qu’il n’est nullement saisi officiellement de ce qu’il qualifie des prétendues pétitions qui ont circulé dans les réseaux sociaux.

Toutefois, le Rapporteur Bussa a pris les soins de démontrer, noir sur blanc, que cette initiative n’a aucun fondement juridique.
C’est dans cette même logique que le Bureau Mboso a pointé du doigt certaines démarches enclenchées, à l’en croire, par un groupe de députés qui tente de perturber le déroulement normal de la session extraordinaire.

Pour bureau provisoire, cette pétition ne représente que des attaques des certains délateurs qui en multiplient des attaques et diabolisation notamment, par la propagation de fausses nouvelles, la création de faux comptes sur les réseaux sociaux attribués au président du Bureau d’âge.

Le Rapporteur Gaël Bussa, invite ce fait, les Honorables députés nationaux à une mobilisation et une voligeante pour stopper le chemin a ceux qu’il qualifie des ennemis de l’autodétermination du peuple congolais.

« En vrai, cette initiative n’a aucun fondement juridique… le bureau invite tous les Honorables Députés nationaux patriotes acquis au changement de demeurer vigilants et mobilisés afin de barrer la route aux ennemis de l’autodétermination du Peuple Congolais », a déclaré Gaël Bussa

Trois pétitions ont été lundi 11 janvier contre le bureau d’âge que préside Christophe Mboso N’kodia. La première pétition a été initiée par le député national, Joseph Kokonyangi, contre le président du bureau d’âge, signée par 139 députés. 

Celle contre le rapporteur Gaël Bussa Ombambule initiée par le député Rubin Bukanga a recueilli 140 signatures.

Et la dernière pétition contre la questeure,  Aminata Namasia, initiée par le député André Thambwe Katambwe, qui a recueilli aussi 140 signatures. 

RM