RDC : le FCC relance le débat sur l’inconstitutionnalité de la nouvelle majorité parlementaire

Le Front Commun pour le Congo, s’est exprimé finalement sur l’Inconstitutionnalité et Illégalité de la désignation, par le président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, d’un informateur en vue d’identifier en 2021, une nouvelle majorité parlementaire, alors que la législature 2019-2023 est en cours depuis janvier 2019.

Visiblement pour le FCC, la situation actuelle est une volonté maintes fois exprimé par Félix Tshisekedi, voulant dès le départ de l’aventure, débaucher intentionnellement les députés nationaux pour une création d’une majorité qui n’aura aucune relation avec la plate-forme de l’ancien président Joseph Kabila.

L’ancien allié du CACH, rappelle que selon l’article 78 de la constitution, la nomination d’une majorité parlementaire n’est pas un pouvoir absolu d’un président de la République.

Cet article convie cette responsable au deux responsables de l’exécutif, notamment le Premier ministre issue d’une majorité parlementaire, ainsi que le président de la République.

Étant donné que l’actuelle majorité parlementaire est déjà identifiée, constatée et consacrée dès l’entame de la législature 2019
-2023, le FCC dit par conséquent, que le président de la République est dans une posture inconstitutionnelle et n’a aucun droit de nommé un informateur alors que cette législative est en cours.

Finalement, le FCC a déclaré détenir des documents attestant jusqu’à présent que la majorité parlementaire est la leur selon la constitution

RM