UNIKIN : une marche prévue ce lundi pour revendiquer la reprise des cours

Ils en ont ras-le-bol des suspensions des activités académiques pour une raison ou une autre. C’est ce que renseigne un communiqué de la coordination estudiantine de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), qui a prévu une manifestation pacifique ce lundi pour exiger la reprise des activités académiques.

Non seulement que les activités académiques ont été suspendues dans tous les établissements publics, ainsi que privés en RDC, pour raison de la deuxième vague du Covid-19, mais celles de l’UNIKIN, ex lovanium ont été suspendues depuis le mois de janvier 2020, alors que le ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Thomas Luhaka demandait aux étudiants de déguerpir des homes du campus.

Indignés par ce retard, et la colère montée au créneau, les universitaires de la Colline inspirée demandent aux autorités congolaises de changer leur tactique, car comment peuvent-elles autoriser les bars, restaurants, églises et marchés fonctionner alors que les universités sont fermées. Le virus est-il sélectif ? Se sont-ils interrogés.


 » Lorsqu’il s’agit de se réunir pour une cause politique, il n’y a pas de Covid-19 mais pour sacrifier notre formation les autres évoquent l’augmentation des cas. Nous comprenons que les autorités comprennent la voix de la rue », peut-on lire dans ce communiqué officiel

De même, les étudiants de l’Université Protestante au Congo, ont condamné également les dérives des autorités publiques qui manifestement ont permis le fonctionnement des bars, terrasses etc., mais ont refusé, par contre, la reprise des cours tant au niveau primaire, secondaire et technique, et au niveau universitaire aussi.


 » Occupez-vous de votre Union sacrée, laissez-nous étudier. Si votre pandémie ne cible que les élèves et étudiants, et non ceux qui remplissent les bars, les marchés et les bus, démontrez nous alors. Nous ne serons pas intimidés », indique-t-on dans un communiqué.

Pour rappel, les établissements scolaires ont fermé les portes depuis le 18 décembre 2020, après les décisions prises par le Président de la République, Félix Tshisekedi, pour lutter contre la deuxième vague de la pandémie de la Covid-19.

RM