Sesssion parlementaire extraordinaire et de predation?

Les échauffourées observées, le 05 Janvier 2021, lors de l’ouverture de la session parlementaire en cours étaient ils prémonitoires d’une séquence politique beaucoup plus complexe que prévu ? en tout cas, les récentes fuites relatives au montant de 12 millions de dollars américains prevus pour couvrir la session provoque déjà la colère de l’opinion nationale et la préoccupation de la communauté internationale.

Le Bureau d’âge, déjà fortement contesté sur le plan légal, notamment par le Front Commun pour le Congo, va devoir gérer un cyclone dont l’oeil se situe au sein de la population congolaise, scandalisée par cette gabegie financière alors que la vie quotidienne est devenue particulièrement pesante ces derniers mois. Même l’inauguration tardive des sauts-de-mouton n’aura pas suffit à réconforter un peuple au bord de la rupture.

A quoi pourrait donc servir une somme aussi colosalle alors qu’un certain Jean Marc Kabund, Vice-président du Bureau de l’Assemblée nationale à l’époque, contestait la tenue d’un congrès qu’il évaluait lui même à 7 millions de dollars. O tempore O mores? les calculatrices du camp présidentiel recourent désormais au signe de la multiplication. Cette fois la chasse devrait rapporter un butin doublé.

Toutes les pistes sérieuses conduisent donc vers un seul suspect; l’Union sacrée qui pour éviter une panne de cohérence mobilise les fonds, question de bien huiler la mécanique. On ferme donc les yeux sur les gaffes, seul le résultat final compte car bâtir une nouvelle majorité parlementaire sans monaie sonnante et trébuchante c’est peut-être déjà échoué.

Entre-temps, loin de ces manoeuvres politiciennes percues comme un festin de fauves, le nombre de congolais qui meurent à l’est du pays, avalés par violence des armes, ne cesse de croître; le gouvernement de la république semble à la fois impuissant et indifférent, observe yvon MASSA, proche du l’ONG « observatoire stratégique de l’Afrique Centrale ». Ce scandal financier à l’Assemblée nationale permettra sans doute à certains députés de se refaire une santé mais pour le peuple c’est peut-être le signe d’une année 2021 mal embarquée.

Clarisse Lassa