RDC-Annulation de l'élection d'Albert Yuma :bras de fer politique au sein de la FEC

La victoire de Yuma Mulimbi Albert à la tête de la Fédération des Entreprises du Congo n’a pas duré longtemps. Pour cause, l’annulation de cette élection par le Conseil d’État parceque non conformes aux statuts du patronat Congolais.

En effet, la candidature de Dieudonné Kassembo n’avait pas été prise en compte lors du scrutin qu’avait remporté à l’unanimité par Yuma Mulimbi Albert et c’est Dieudonné Kassembo qui s’est plaint auprès de la juridiction chapeautée par le professeur Félix Vunduawe Te PeMako.

Dans l’opinion publique, cette décision de la justice suscite des réactions. Si pour certains, il faut respecter la décision de la justice qui est opposable à tous, au Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila Kabange ce n’est pas le cas. « Une élection syndicale remportée à l’unanimité des votants mérite-t-elle d’être judiciarisée à ce stade ? » s’interroge Adam Chalwe, cadre du PPRD.

Il estime que la décision du Conseil d’État vient d’illustrer cette prémonition du Professeur Evariste Boshab qui a fustigé en pleine séance de vulgarisation des arcanes juridiques de la nation la manière dont la justice fonctionne ces derniers temps.

« Au pays, nous vivons le tout justice. Et on cherche à tout résoudre avec la justice » dénonçait le sénateur Boshab Evariste au cours de cette séance de travail à Kolwezi.

Pour sa part, Anastasie Luabeya Kitenge, analyste économique, pense qu’après l’échec des conseillers du chef de l’État Félix qui militaient pour la mise à l’écart de la candidature de Yuma Mulimbi, viennent de recourir au Conseil d’État pour matérialiser leur souhait de voir une autre personne à la tête de la FEC que Monsieur Albert Yuma Mulimbi.

« L’implication des membres du cabinet du Chef de l’État dans le choix du futur Président d’une organisation apolitique, qui ne bénéficie d’aucun subside de l’État ne ferait que fragiliser la FEC qui joue un rôle important dans l’animation d’un secteur privé dynamique, créateur d’emplois et des richesses »a-t-elle fait remarquer.

À elle d’ajouter : « l’influence politique de Yuma Mulimbi Albert et sa proximité avec Joseph Kabila Kabange seraient à la base de cet acharnement contre celui que les Entreprises considèrent comme un excellent avocat auprès des autorités du pays ».

Que prévoient les textes de la Fédération des Entreprises du Congo en pareille circonstance ? C’est la question que posent plusieurs personnes après la décision du Conseil d’État. Au cas où, l’assemblée générale ordinaire de la Fédération des Entreprises du Congo arrivait à réorganiser les élections, certains observateurs s’interrogent si Dieudonné Kassembo réputé proche de l’administration Tshisekedi parviendra à faire pencher la balance de son côté face aux électeurs acquis à la cause de Yuma Mulimbi Albert ? Dossier à Suivre !

Bestine Iyakwa