Union Sacrée :Moisson maigre pour F. Tshisekedi

Les consultations présidentielles prennent fin ce mardi 24 novembre 2020. D’après le cabinet du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi qui a annoncé la nouvelle, les dernières audiences seront retransmises en direct et en intégralité sur la chaîne nationale. Les débats vont bon train au sujet du discours du Chef de l’État supposé annoncer l’ouverture d’un nouvel ordre politique. Certaines sources bien introduites informent que le cercle fermé du numéro un congolais est déjà à l’oeuvre.

Pendant près de trois semaines, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi a personnellement reçu différentes personnalités du monde politique et sociale de Kinshasa et de l’arrière pays. Les uns et les autres se seraient vite rendu compte qu’ils s’agissait surtout d’une stratégie de confession plutôt que d’un partage du gâteau.

Lancées en vue de créer l’union sacrée en requalifant la majorité parlementaire, ces consultations ont été, de l’avis de plusieurs observateurs, un fiasco. Le Front Commun pour le Congo, première cible de la démarche présidentielle, n’a pas vraiment répondu à l’appel. Ses élus nationaux ont d’ailleurs opté de rester fidèle au Front Commun pour le Congo et à son autorité morale Joseph Kabila Kabange en faisant la sourde oreille aux appels pressants de débauchage.

Prévues pour une durée de dix jours, ces travaux sont allés au-delà sans pour autant aboutir à la pêche des gros poissons politiques. Il est clair que Félix Antoine Tshisekedi s’est embourbé dans un chemin qui ressemble à une voie sans issue. La dernière carte qui se jouait, le lundi 23 novembre 2020 au niveau du Conseil d’État et dont l’objectif était de renverser le Bureau Mabunda s’est elle aussi évaporée dans un jeu trouble où le joker s’appelle Joseph Kabila Kabange.

Le rétropédalage de Felix Tshisekedi entammera certainement son image dans l’opinion tant nationale qu’internationale, estime Alfred Maweni, qui déplore le management approximatif au sommet de l’État. Il faut cependant noter, poursuit il, qu’un retour du chef de l’État dans la coalition FCC CACH permettra de mettre un terme au blocage du pays et de répondre aux défis posés par la situation socio-économique du pays qui ne fait que s’empirer à la veille des festivités.

Les quelques intrépides du FCC qui ont osé la traversée, durant ces consultations, pourraient se mordre les doigts en cas du retour présidentiel dans le schéma de la coalition. Il leur faudra bien plus qu’une confession pour convaincre de leur loyauté. La politique est-elle si capricieuse et déroutante pour ceux qui veulent la pratiquer uniquement selon leurs seuls intérêts?

Alfred Mboyo