RDC-Affaire passeports à 99USD: Marie Tumba Nzeza face à la réalité.

Annoncée avec pompes, la production et la délivrance des passeports à 99 dollars américains payables dans les banques qui seront désignées au pays et l’étranger, n’aura plus lieu ce lundi 23 novembre 2020.

D’après le chargé de communication du ministère des Affaires Étrangères qui a annoncé la nouvelle tard dans la soirée du 22 novembre 2020, ce report est dû à l’harmonisation des vues entre son ministère et celui des Finances, chapeauté par José Sele Yalaghuli.

Dans l’opinion, les réactions pleuvent de partout. Pour Alfred Luabeya, ancien fonctionnaire du Ministère des affaires étrangères, toutes les conditions n’étaient pas encore réunies pour rabaisser le prix du passeport à 99 USD. Pour lui, la Ministre d’État, Ministre des Affaires Étrangères Marie Tumba Nzeza a voulu s’attirer la sympathie de la population pour tenter de les faire oublier la situation difficile que traverse le pays depuis l’accession de Félix Antoine Tshisekedi à la magistrature suprême.

« Beaucoup de publicité pour un report. Voici une fois encore, l’exemple d’impreparation et d’amateurisme du CACH, martèle un diplomate congolais qui a requis l’anonymat et qui regrette qu’un dossier aussi sensible soit géré avec tant de légèreté. Ce sentiment semble être partagé par plusieurs observateurs qui notent que cette fois encore les accusations contre le Ministre des Finances José Sele Yalaghuli ne tiennent pas.

Par ailleurs, Maître Jean-Claude Katende, juriste et membre actif au  sein de la société civile estime que la Ministre des Affaires Étrangères n’a pas été transparente sur cette question, ouvrant la porte à la surenchère. « Comment décrire la frustration et la honte que nous procure tous les jours la politique et la gestion de la chose publique en RDC » s’interroge t-il.

De toute évidence, depuis que Marie Tumba Nzeza est à la tête de ce Ministère, rien ne lui réussit et la liste des échecs s’allonge. Sa stratégie du silence inquiétant avait au moins le mérite de camoufler les imperfections. Mais le silence ne pouvant être éternel, chaque action posée l’expose à la critique populaire et l’affaibli davantage. À l’UDPS, sa famille politique, de tirer toutes les conséquence.

Bestine Iyakwa