Bitakwira: une recrue sans valeur ajoutée pour Felix Tshisekedi

Justin Bitakwira est la star des réseaux sociaux depuis qu’il a brisé l’interdiction du FCC, sa famille politique, pour participer aux consultations du Président Félix Tshisekedi. Sa décision, il l’aurait prise sur un gros coup de frustration, murmurent ses proches et il s’affiche desormais comme un partenaire privilégié du numéro un congolais.

Au moment où les consultations s’engagent dans une voie sans issue, le camp présidentiel serait-il tenter de faire feu de tout bois?. Voilà donc Bitakwira, en perte de vitesse au FCC, qui se bonifie dans les couloirs du palais de la nation. Son nouveau partenaire lui fait confiance au point de l’envoyer à l’Est de la République pour une caravane de la paix.

Si la politique c’est aussi des calculs d’intérêts. la véritable question est « que gagne le chef de l’État en arrachant ce partenariat avec Justin Bitakwira » s’interroge alain ndume, analyste politique qui doute d’un quelconque bénéfice présidentiel dans ce rapprochement aux contours flous entre un President de la République en perte de vitesse et un membre quasi inexistant du FCC.

Après avoir essuyé un échec retentissant lors des dernières élections de 2018, Bitakwira s’est vite retrouvé à l’étroit et a dû apprendre à forcer les portes pour tenter d’obtenir autrement ce que le peuple ne lui avait pas donné. La nostalgie de la période passée au gouvernement l’aurait rendu capricieux au point d’exiger beaucoup plus que son poids politique ne l’y autorise. c’est peut-être là le point commun avec la plateforme CACH, insiste l’analyste politique.

C’est donc un Bitakwira, en périphérie du pouvoir du FCC qui, comme Modeste Bahati a choisi de rejoindre le camp présidentiel, à la différence que ce dernier détient des flèches, même symboliques, dans son carquois. Pour Bitakwira, le panier bien vide pourrait peut-être se remplir grâce à son amour passion avec le chef de l’État qui attend sans doute beaucoup de sa nouvelle recrue.

Sa célèbre grand-mère dirigera desormais sa sagesse contre le FCC qui aura pourtant bien nourri son petit-fils ces dernières années. Elle aura peut-être le courage de lui rappeler que même en politique, il faut savoir rester constant surtout quand on est connu pour être un poids plume originaire d’une province dont sont issus de grands leaders politiques.

Christine Ntanta