la RDC de felix Tshisekedi se porte mal

Il y a des signes qui ne trompent pas, la situation générale de la RDC inquiète les congolais mais aussi les observateurs internationaux. l’alternance politique aurait-elle déjà un goût amer? la désillusion semble en effet être le sentiment ambiant.

Les conditions de vie des congolais enregistrent, il est vrai, un net recul depuis deux ans. loin des promesses du président Tshisekedi, on réapprend à survivre et à refaire les calculs pour nouer les deux bouts du mois. C’est la crise et la cité gronde.

Les écoles, prises dans le tournis de la vraie fausse gratuité de l’enseignement, ne fonctionnent plus et le sentiment d’avoir été floué pousse les parents et élèves à exiger des réajustements. La grève des blanc-bleus en pleine ville de kinshasa, c’est surréaliste !

Les arrestations arbitraires se multiplient et l’espace de liberté se raréfie. le pouvoir affiche son visage de fer et aucune résistance n’est tolérée. l’icône de la musique congolaise Tshala Mwana, a récemment payé, dans sa chaire, sa liberté artistique. on lui reproche d’avoir critiqué le numéro un congolais. le virage vers une dictature d’une autre époque est donc pris!

Et puis il y a cette manipulation incessante de la population à qui on promet des sauts de moutons dont plusieurs doutent encore de l’utilité et de la concrétisation; les jours passent et toujours pas d’inauguration. c’est l’arnaque du mandat, observe un militant du MLC, parti cher à Jean-Pierre Bemba.

Du côté des affaires étrangères, on a imaginé des passeports à 99 usd, un miracle? non un autre mirage car de nombreux observateurs notent que dans les faits, et compte tenu dautres charges à payer, le prix du passeport congolais n’a pas changé.

Et ces consultations presidentielles? selon de nombreux analystes, elles n’offrent aucune solution à l’horizon. le balai des consultés, financés à coup de millions de dollars américains, n’aura servi qu’à très peu de choses. La solution n’est elle pas dans l’humilité et dans une collaboration seine avec le FCC qui ne cesse de tirer la sonnette d’alarme pour empêcher le recul du pays.

Pour cela, il faudra que le Président Félix Tshisekedi se debarasse de sa cour de radicaux qui ne jurent que par une gouvernance de tensions. le voilà prix dans le piège des flatteurs qui.ne connaissent ni le prix de la paix ni celui de la guerre.

Alex Mwimbi