RDC: Tshala Mwana relâchée

Un jour après son arrestation, l’artiste musicienne Tshala Mwana est relâchée ce mardi 27 novembre 2020. Elle a été interpellée par les agents de l’agence nationale de renseignement au sujet de son nouveau single intitulé « Ingratitude » qui a bougé l’environnement sociopolitique Congolais.

« Ingrat, ingratitude, tu es de mauvaise foi, tu n’iras pas loin » lance-t-elle au début de la chanson. Avant de poursuivre: »Dieu a donné le paradis à Satan, mais Satan a transgressé la loi et a bravé son créateur. Je t’ai fait élevé devant les hommes, tu es devenu un grand homme et aujourd’hui je suis devenu mauvais et tu commences à chercher ma mort…Fais attention, tu es en train de dériver, tu n’as pas réussi aux examens, tu n’as pas gagné la compétition, le maître t’a élevé et t’es monté de grade, mais après tout, tu le rejettes. Tu pensais que c’était un bidon de 5 litres facilement portable. Vas-y, Porte-le ».

Cette inspiration de la reine de Mutuashi est perçue dans le camp présidentiel comme une provocation, soutenant la thèse selon laquelle, l’actuel Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi n’était pas le vrai vainqueur de la dernière présidentielle. D’après cette frange de personnes, Tshisekedi est devenu Président de la RDC grâce à Joseph Kabila Kabange, autorité morale du front commun pour le Congo.

À la suite de cette arrestation, il y a eu plusieurs réactions des acteurs sociopolitiques congolais, et les organisations de respect des Droits de l’homme. Pour le bureau du Haut commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’homme, cette arrestation qu’il a qualifié de dérive, est contraire à la volonté de promouvoir et protéger les droits de l’homme, notamment la liberté d’expression des acteurs culturels.

Bien avant cette arrestation, rappelons-le, l’administration Tshisekedi avait également menacé et censuré la chanson Mama Yemo de l’artiste musicien Karmapa.

D’après plusieurs sources proches de ce dossier, le front commun pour le Congo de Joseph Kabila Kabange y est pour beaucoup dans la libération de Tshala Mwana qui au-delà d’être chantre, est membre du PPRD. Le Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila Kabange, a-t-on appris, ne veut plus voir ses membres subir l’humiliation de l’actuelle administration chapeautée par Félix Antoine Tshisekedi.

Adolphe Mutanda