RDC :les députés condamnent les tentatives de corruption pour renverser le bureau Mabunda

La RDC compte un grand nombre des personnes vivant avec handicap. Elles sont évaluées à près de 10 millions d’hommes, femmes et enfants qui ne jouissent toujours pas de leurs droits inaliénables. Et pour pallier cette situation, la députée nationale Eve Bazaiba avait déposé une proposition de loi portant protection et promotion de cette catégorie de la population parfois oubliée dans la société.

Après plusieurs mois d’examen de cette proposition de loi par la plénière et la commission Mixte, il était question lors de la plénière du lundi 09 novembre 2020 d’un vote nominal de l’ensemble du texte. Ainsi, il a fallu suspendre la séance pour revenir après quelques minutes dans une séance subséquente afin de voter finalement cette proposition va en seconde lecture au sénat avant l’étape du président de la République pour promulgation.

Rejet des méthodes de corruption à l’assemblée nationale

Au cours de la même plénière, les députés nationaux condamné les tentatives de corruption pour un renversement du bureau Mabunda et de la majorité parlementaire par un monnayage qualifié malsain initié par certaines officines politiques identifiées.

Ils ont rejeté ces pratiques indignes de l’honorabilité de la Chambre basse en ce moment où le budget qui concerne les moyens d’etat à mettre à disposition de la population doit être discuté.

Ainsi le député national Papy Niango a exigé que la commission des sages soit saisie pour entendre les auteurs des allégations de corruption, ce mal qui prive le pays des moyens nécessaires.

Saisine irrégulière du conseil d’état

Avant la clôture de la plénière, dan une motion soulevée, le député national Lumeya Dhu Malegi a démontré que la démarche de son collègue Albert Fabrice Puela d’accuser le bureau devant le conseil d’État était nulle et de nul effet car opérée en violation du règlement intérieur de l’assemblée nationale. À ce sujet, la plénière a voté sur place une résolution déclarant irrégulière cette saisine du conseil d’État par un député en lieu et place de la plénière.

Éden Bayombo