RDC-mobilisation des recettes : José Sele Yalaghuli à Goma

Après la signature dans son cabinet de travail de trois accords de financement d’une valeur de 142 millions Usd en termes d’appuis budgétaires de la Banque Africaine de développement (BAD), le Ministre des Finances, Sele Yalaghuli séjourne depuis jeudi 08 octobre 2020 à Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

À son arrivée, l’argentier congolais a effectué une visite d’inspection au siège provincial de la DGDA, aux postes frontaliers « la grande barrière et la petite barrière ». Occasion pour le ministre des Finances, de s’imprégner des difficultés auxquelles ces postes frontaliers sont confrontés. Sur différents sites visités en compagnie du DG ai de la DGDA Jean-Baptiste Nkongolo, José Sele Yalaghuli s’est entretenu avec les services frontaliers qui lui ont fait un état des lieux de la situation opérationnelle sur terrain.

À la suite de cette visite d’inspection, José Sele Yalaghuli a présidé une séance de travail avec les directions provinciales de trois régies financières à savoir la DGI, DGDA et la DGRAD. À cette occasion, il leur a donné des instructions claires et précises pour améliorer l’accroissement des recettes à la période où le gouvernement de la République veut déposer la loi de finances de l’exercice 2021 à l’assemblée nationale.

Le gouvernement Congolais qui reste optimiste sur la signature d’un programme d’appui avec le FMI, compte déposer à l’assemblée nationale un budget réaliste telque recommandé par le Fonds Monétaire international. Ce qui n’était pas le cas l’année passée, 11 milliards de dollars américains, un budget historiquement haut qui prévoyait que les recettes publiques allaient doubler sans véritable réforme. C’est probablement le scénario que compte éviter le gouvernement cette fois-ci.

La préfiguration de l’avant-projet de Loi de finances de l’exercice 2021 adoptée en conseil des ministres, avait rappelé Jean-Baudouin Mayo, a été élaboré dans un contexte post-Covid et dans lequel le Gouvernement doit proposer des réponses susceptibles.

« Il doit de relever l’économie en vue de soutenir la croissance, améliorer la résilience sociale et économique face à d’éventuels chocs endogènes et exogènes »avait soutenu le patron du Budget lors de la réunion du conseil des ministres.

Clément Muamba Mulembue