RDC - Réformes:la DYNACAD chez Ilunga Ilunkamba

Le Chef du Gouvernement Sylvestre ILUNGA ILUNKAMBA a échangé ce Mercredi à l’immeuble du Gouvernement avec la délégation de la DYNACAD,la Dynamique pour la Consolidation des Acquis Démocratiques conduite par son Coordonnateur le Professeur Auguste MAMPUYA. Cette structure associative qui vise des réformes globales et holistiques de l’État au sein des institutions, entend descendre sur terrain pour sensibiliser toutes les couches socio politique afin que les intérêts du seul peuple congolais soient mis au premier plan et non ceux des Acteurs Politiques.

« Le Premier Ministre, nous a rejoint sur l’ensemble de nos prévisions. En ce qui concerne la nécessité d’une réforme globale, holistique de l’État, Il faut que l’État soit refondé sur base de nos réalités parce qu’il faut que les institutions de l’État démocratique moderne soient adaptées à nos réalités et valeurs pour que ces institutions soient intériorisées par tout le monde y compris par les politiciens qui ne les ont pas encore intériorisés, qu’ils les considèrent comme un tremplin pour accéder au pouvoir. » a déclaré le professeur Mampuya à l’issue de la réunion.

À lui de rappeler que « les institutions sont les voies par lesquelles leurs problèmes de la population sont résolus, leur vie est prise en charge par l’État et c’est la raison d’existence même de l’État. Il faut que l’État soit réformé de manière à être performant, stable. Nous indiquons là puisqu’il concerne la coalition FCC-CACH, les conditions de stabilité et de performance de ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui ».

À l’en croire, nous ne parlons pas de nous même, de manière à ce que ceux qui sont au pouvoir commencent à résoudre les problèmes de la population et non pas seulement les problèmes politiciens comme ceux qui veulent accéder au pouvoir en réformant seulement les lois électorales pour préparer leur accession au pouvoir. »

Pour rappel, lors de sa sortie officielle, la DYNACAD a donc recommandé ceci aux dirigeants des institutions de la République :
– D’approfondir la compréhension des mécanismes du régime de collaboration qui est actuellement en vigueur et de se l’approprier en faisant de sorte que chaque acteur puisse agir dans les limites des prérogatives qui sont les siennes ;
– De tirer profit des mécanismes de dialogue et de collaboration entre diverses institutions de l’État, qui sont des piliers du modèle institutionnel mis en place par le constituant, en institutionnalisant les réunions interinstitutionnelles, en vue de discuter autour des réformes que proposent les acteurs de la classe politique en veillant à ce que le cadre constitutionnel soit respecté ;
– D’être à l’écoute des acteurs sociaux, politiques et scientifiques et de discuter dans le cadre des institutions des propositions qu’ils formulent.

Benitha Mudimba