Réformes électorales :Le FCC contre les initiatives qui pourraient retarder les scrutins de 2023

Réunie en session hebdomadaire le mercredi 29 juillet 2020, la conférence des présidents des partis et Regroupements du front commun pour le Congo a fait le point de l’actualité sociopolitique du pays. D’après le compte rendu de la réunion, la plateforme chère au sénateur à vie Joseph Kabila Kabange se dit ouverte aux débats démocratiques sur les questions d’intérêt national.

S’agissant de différentes démarches en cours, allusion faite au groupe de 13 personnalités qui milite pour les réformes électorales, la conférence des présidents du front commun pour le Congo estime que tout débat ayant trait aux réformes électorales, doit se dérouler dans le cadre institutionnel, conformément à la constitution et aux lois de la République démocratique du Congo.

Dans ce cadre, le front commun pour le Congo promet d’y participer activement et positivement au cours des sessions parlementaires futures mais n’entend pas soutenir les initiatives qui pourraient avoir pour conséquences de retarder l’organisation des élections prévues en 2023.

Par ailleurs, le FCC chapeauté par Néhémie Mwilanya Wilondja note avec grande satisfaction que le peuple Congolais dans toute sa diversité a répondu massivement à son appel à participer aux marches pacifiques organisées sur toute l’étendue du territoire national aux fins de défendre le fonctionnement harmonieux des institutions et ce, dans le respect de la constitution et des préoccupations majeures du peuple.

La conférence des Présidents du FCC remercie et félicite le peuple Congolais pour la maturité politique aigue, la discipline et la conduite citoyenne dont il continue de faire montre au cours de ces manifestations publiques qui se déroulent dans différentes provinces ; preuve qu’il tient au pacte républicain porté par la loi fondamentale et attend que ses préoccupations majeures soient prises en compte par les gouvernants.

Cette déclaration d’après plusieurs analystes, paraît comme la réponse du front commun pour le Congo, première force politique de la RDC à la démarche initiée par le groupe de 13 personnalités qui plaident pour la tenue d’un forum national axé exclusivement sur le processus électoral.

Clément Muamba

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de