RDC :Les Kinois disent Oui à l'appel lancé par le FCC

Les Kinois et militants de différents regroupements politiques membres du Front commun pour le Congo ont répondu présent à l’appel lancé par la coordination de la plateforme chère au sénateur à vie Joseph Kabila Kabange.

À la place sonahydroc située au croisement des avenues Sendwe et Lumumba, la foule gonfle à chaque minute avec des drapelets, T-shirts et photos de quelques présidents des regroupements politiques. Sur lieu,la communion est parfaite entre les militants et différents cadres du front commun pour le Congo.

Cependant, si les précédentes marches à Kinshasa étaient contre l’enterinement de Ronsard Malonda à la présidence de la CENI, à travers ses partis et regroupements membres, la plateforme politique chère à l’ancien président, Joseph Kabila, est dans la rue notamment, pour soutenir et encourager la cohésion nationale, le respect de la Constitution, le soutien aux institutions du pays ainsi que la solidarité avec la population.

Au regard de la forte mobilisation constatée sur terrain, des observateurs considèrent cette marche du FCC comme une réponse à ceux qui ont toujours cru qu’ils avaient le monopole de la mobilisation en République démocratique du Congo.

Le politologue Éric Kabamba note que le FCC diffère d’autres forces politiques en RDC.
« Si les précédentes manifestantions étaient axées contre un individu, la marche du front commun pour le Congo comme l’a toujours recommandé son autorité morale, est pour soutenir les institutions du pays, la cohésion nationale mais surtout compatir avec la population qui souffre en ce temps de crise socio-économique caractérisée par la pandémie du coronavirus mais aussi par la mauvaise gestion du pays l’actuel Chef de l’État »a-t-il fait remarquer.

Par ailleurs, constate-t-on, un dispositif sécuritaire de la police nationale est aux environs pour encadrer et sécuriser les manifestants.

Cette manifestation a pour chute le palais du peuple siège du Parlement où un mémo sera remis aux Présidents de deux chambres du Parlement.

Clément Muamba

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de