Fatshi ordonne la traque et l'arrestation de Gédéon Kyungu

Le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo vient d’ordonner la traque et l’arrestation immédiate de Gédéon Kyungu, chef du mouvement des Bakata Katanga. La décision a été prise lundi 30 mars 2020 au cours de la réunion de haute sécurité qu’il a présidée a la Cité de l’Union africaine, laquelle a mis autour de lui le Chef d’état major général des FARDC, le ministre de la Défense, le conseiller spécial, le vice- Premier ministre en charge de l’intérieur, l’administrateur général de l’ANR, le DG de la DGM et le chef de la maison militaire.

À en croire le ministre de la Défense nationale, Aimé Ngoy Mukena, qui a fait le compte rendu de la réunion, le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi leur a fait part de sa plus grande consternation sur l’insécurité créé, lundi à Lubumbashi, par Kyungu Gédéon et ses miliciens, causant la mort des innocents et de paisibles citoyens.

Par ailleurs, le patron de la Défense nationale a indiqué que le Président de la République a également déploré le désordre créé ce lundi à Kinshasa par les adeptes de Ne Mwanda Semi, chef de la secte mystico- religieux Bundu Dia Mayala. « Le Chef de l’État a déploré le fait que ces deux événements se déroulent en un moment où le pays est en train de faire face à une guerre asymétrique qu’est COVID19, qui décime nos populations »a-t-il ajouté.

Dans l’opinion, cette décision du Chef de l’État ne cesse de susciter des réactions. « Pourquoi un semeur de troubles récidiviste comme Muanda Nsemi doit être averti seulement. Est ce une politique de deux poids deux mesures ? »s’est interrogé un observateur.

Il semble que le fait, pour le fugitif de makala, de troubler l’ordre public et de s’autoproclammer président de la République soit jugé beaucoup moins dangereux que les élucubrations de Gédéon kyungu.

Il est vrai qu’il est important de veiller au respect de notre constitution et des valeurs républicaines qui font la force de la RDC dont le président de la République est le garant. Il faudrait cependant éviter de nourrir des rancœurs inutiles au sein de certaines communautés du pays.

Clément Muamba

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de