Composition des cabinets des ministres Udps : Augustin Kabuya insiste sur le respect des consignes du parti

Augustin Kabuya secrétaire général de l'UDPS

Comme prévu, le numéro deux du parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et le progrès social, Augustin Kabuya, a animé une matinée politique au siège du parti à Limete le mercredi 9 octobre 2019.

Au cours de cette rencontre avec la base, plusieurs sujets d’actualité ont été évoqués.

Dans son discours, Kabuya a insisté sur la composition des cabinets des ministres UDPS. Pour lui, 70% de cette équipe doivent être des membres du parti. Il souligne que les membres du gouvernement issus de l’UDPS doivent suivre l’exemple du président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi qui avait consulté le parti avant la composition de son propre cabinet.

Le secrétaire général de l’UDPS a laissé entendre qu’une poignée de ministres est revenue à la raison, en acceptant des listes des membres qui viennent du parti pour constituer leurs cabinets.

« Nous avons suivi beaucoup d’émissions animées dans les organes de presse, nous avons entendu que certains pensaient que les ministres avaient raison de refuser de ne plus accepter les listes des membres des cabinets venant de leur parti politique », a-t-il déclaré.

Évoquant la première marche du Comité laïc de coordination prévue le 19 octobre prochain, le secrétaire général du parti présidentiel a remis en doute la capacité de cette structure à mobiliser les foules.

« A nos amis du Comité laïc de coordination, je leur dit ceci : quand notre SG Jean-Marc Kabund a Kabund avait parlé à l’époque de 50 – 50 , ils ont eu a engager un bras de fer pour nous insulter. Nous connaissons la suite. Ils étaient incapables de mobiliser même 1000 personnes sur la voie publique. Aujourd’hui, qu’ils fassent attention. La personne qui dirige le Congo aujourd’hui, les congolais l’ont surnommé « Fatshi Béton », a déclaré Augustin Kabuya.

Par ailleurs, l’orateur a accusé l’ancien premier ministre Adolphe Muzito de vouloir dresser les ressortissants de l’ex – Bandundu contre le président Félix Tshisekedi par un message tribal.

« Je me demande : comment expliquer qu’un monsieur qui a mal géré le pays quand il fut premier ministre, monsieur Muzito, soit entrain de dresser nos frères du Bandundu contre le chef de l’Etat. Ils ont créé Lamuka pour effacer Félix Tshisekedi politiquement, mais Dieu les a confondus », a-t-il expliqué.

Ainsi, a-t-il conclu, « je vous demande de ne pas suivre les lieutenants en perte de vitesse. Nous avons nos fédérations au Bandundu qui nous disent que ce monsieur est entrain d’asseoir son discours politique sur la haine tribale. La ministre des Affaires sociales, sans oublier madame Rose Boyata, directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat, sont du Bandundu, de même que beaucoup de conseillers et cadres du parti ».

Clément Muamba

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de