Les enjeux de l’heure :
Néhémie Mwilanya s’exprime

Les policiers appelés à abandonner la corruption

Alors que tous les regards sont tournés vers le siège des Nations Unies, à New York, d’où s’exprimera dans les toutes prochaines heures, le Président Félix Antoine Tshisekedi, les médias bousculent l’actualité en approchant Néhémie Mwilanya dans un exercice qu’il semble maitriser comme une partition de musique.

Pousser le Coordonnateur National du FCC hors de sa réserve légendaire suscite naturellement l’intérêt de la classe politique congolaise et des nombreux observateurs qui ont appris, avec le temps, à mesurer le poids des mots du premier communicateur de la plateforme politique de Joseph Kabila.

Faisant le tour d’horizon des grandes questions de l’heure, l’élu de Fizi, s’est montré à la fois élégant, pointu et ferme. Ces adversaires les plus farouches lui reconnaissent au moins la magie du verbe qui lui donne, chuchote-t-on, une autorité au sein d’une famille politique nombreuse devenue la première force politique du pays.

Considéré comme l’un des acteurs majeurs du rapprochement entre le FCC et le CACH, le prof reste visiblement jaloux des performances  exceptionnelles enregistrées sous le leadership du Président Honoraire, Joseph Kabila Kabange. «Nous souhaitons conserver les acquis de la stabilité, tout en poursuivant la transformation structurelle de notre économie», martèle-t-il en balayant sans doute le faux débat entre les prétendus partisans de la rupture et ceux de la continuité.

Il sait, par contre, que la tâche ne sera pas facile, lui qui, en tant qu’ancien Directeur de cabinet du Président Honoraire, a été aux manœuvres durant de nombreuses années et qui a développé un sens aiguisé pour pressentir les intempéries et les turpitudes à venir. Il affirme ainsi que le Gouvernement Ilunkamba devra relever trois grands défis à savoir la consolidation de la paix et de la stabilité, le social ainsi que les enjeux de réformes.

«Le coût des élections nous semble excessif et nous pensons qu’il faut réduire les dépenses liées aux procédures électorales et à l’élasticité même du processus électoral dont le cycle compte pas moins de neuf scrutins », a insisté l’ancien Dircab pour qui l’alternance réussie constitue une réelle opportunité pour bâtir une nouvelle étape.

Au moment où la Belgique semble encore enivrée de la récente visite du Président Fatshi, considéré comme le nouveau trait d’union entre Bruxelles et Kinshasa qui ont eu des relations plutôt chahutées ces dernières années, Néhémie Mwilanya rappelle les fondamentaux de la politique extérieure de la RDC.

Pas question d’une coopération asymétrique. Fidèle à l’idéologie du FCC, il prône  une coopération d’ouverture, gagnant-gagnant  portée par le respect mutuel. Une manière de rappeler à tous les partenaires de la RDC que l’expression d’exigences légitimes ne devrait plus être considérée comme une posture de fermeture.

C’est d’ailleurs cette conviction de défendre les intérêts de la RDC qui a facilité l’alternance politique, saluée par tous, observe un analyste proche du Cap pour le Changement.

Jean- Pierre Mokaka

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de
Live tweets

https://congopolitis.net/index.php/2019/07/27/bahati-lukwebo-et-thambwe-mwamba-lheure-du-duel/
#RDC #Senat #Elections2019 #Kinshasa #FCC #AFDC-A

https://congopolitis.net/index.php/2019/07/27/le-desistement-de-guy-loando-balise-la-voie-a-eric-rubuye-comme-futur-questeur/
#RDC #Senat #Elections2019

https://congopolitis.net/index.php/2019/07/26/formation-du-gouvernement-fini-le-suspense/
#RDC #gouvernement #tshisekedi #kabila

Load More...