Affaire 15 millions $ : la présidence sort de son silence

Kasongo Mwema

Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite de 15 millions $ présumés disparus des comptes du trésor public, défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence de la République.

Aujourd’hui, cette première institution du pays vient de sortir de son silence par le porte-parole Kasongo Mwema. C’est à travers deux tweets publiés ce dimanche 15 septembre que Kasongo Mwema Yamba Yamba a fixé l’opinion sur cette affaire.

« L’IGF (Inspection Générale des Finances) ayant transmis le dossier à la Justice, le président de la République ne peut plus s’exprimer là-dessus », a-t-il laissé entendre. La bouche autorisée du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi affirme que le silence du premier citoyen congolais se traduit par le respect d’un principe démocratique.
Il précise que Vital Kamerhe, Directeur de cabinet de Fatshi, garde encore la confiance du Chef de l’État.

Réagissant aux allégations selon lesquelles les inspecteurs des Finances subiraient de quelconques menaces ou d’entraves dans l’exercice de leur métier, Kasongo Mwema Yamba Yamba révèle que le numéro un de l’inspection générale des Finances, Batubenga, a longuement échangé avec le Chef de l’État.

« Soucieux de la sécurité d’un haut fonctionnaire de l’État, Félix Antoine Tshisekedi l’a entendu, rassuré, encouragé », a souligné Kasongo Mwema.

Un mois et demi après le début de cette affaire dite de « 15 millions », le président, Félix Tshisekedi n’a toujours pas fait de déclaration à ce sujet. Un silence que plusieurs acteurs de la société civile n’ont pas digéré. Ces derniers ont rappelé au chef de l’État sa promesse de faire de la lutte contre l’impunité et la corruption l’un de principaux chevaux de bataille durant son mandat.

Cité dans le rapport de l’IGF, Vital Kamerhe, Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, a, au cours d’une interview à Jeune Afrique, nié toute implication et l’existence même d’un détournement.

À l’heure actuelle, l’opinion nationale attend voir clair à propos de ce dossier. Du côté parti présidentiel, l’on apprend que si la justice attestait réellement l’implication de Vital Kamerhe dans ce dossier de détournement, Félix Antoine Tshisekedi n’écarterait pas l’hypothèse de le remplacer au poste de directeur de cabinet dans l’objectif de rester cohérent dans sa démarche de lutter contre la corruption et détournement.

Clément Muamba

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Commentaire threads
0 Thread réponse
0 Followers
 
Commentaire plus pertinent
Meilleur commentaire
1 Auteur de commentaire
peace Auteur récent de commentaire
  Souscrire  
Notification de
peace
peace

vraiment; attendons voir;l’affaire sera bouclée, et personne n’en parlera