Foudre du FCC sur le Gouvernorat du Kongo-Central

Foudre du FCC

On ne badine pas avec la discipline au Front Commun pour le Congo ; premiers à écoper du carton rouge, les Gouverneur et vice-Gouverneur du Kongo-Central,  auteurs d’un triste spectacle d’intrigue mêlée à une affaire de sexe de bas niveau.

La vidéo laissant apparaitre un vice-gouverneur, en tenue d’Adam, manifestement pris la main dans le panier et réclamant la clémence pour préserver son honneur, a heurté la conscience et a projeté une piètre image du leadership de la province du Kongo Central. Très vite les langues se sont déliées et les protagonistes ont été pointés du doigt.

Elus sur le même ticket, le Gouverneur et vice-Gouverneur de la Province Ne kongo ont très vite nourri des rancœurs au point de se livrer une guerre larvée et sans merci. Au cœur du délire final, une certaine mimi aurait orchestré le funeste décor du spectacle désolant, chez elle à la maison sans savoir qu’elle semait un vent dont la récolte ne pouvait être qu’une tempête.

La Conférence des Chefs des Regroupements du FCC, présidée par Néhémie Mwilanya, qui s’est réuni ce samedi après-midi s’est montrée impitoyable face au comportement des plus hautes autorités de la Province en leur demandant de démissionner, preuve indéniable de la rupture de Confiance entre les élus et le Quartier Général.

Séisme donc à Matadi mais aussi chez tous les élus et nommés du FCC, le ton est donné et la foudre n’est pas loin. Désormais il faudra manœuvrer en ayant une oreille attentive aux exigences du FCC, engagé, sans retenue, dans la lutte contre les antivaleurs. Mêmes des accolades théâtrales ne seront d’aucun salut.

Consulté à ce propos, un analyste politique bien introduit dans le cercle kabiliste, estime que le FCC prend la mesure des enjeux et des attentes réelles de la population. En tant que première force politique,  cette plateforme politique a choisi de diriger en montrant l’exemple.

En agissant de la sorte, insiste-t-il, le FCC se démarque d’une image qui lui a longtemps été collée, à tort peut être, alors que du côté de son partenaire, la liste des scandales ne semble pas pouvoir s’écourter de sitôt.

Plus tôt que d’attendre cyniquement le prochain banni, tous devraient s’impliquer dans cette lutte juste pour la victoire des valeurs et créer les conditions pour un développement partagé et attendu par tous les congolais, selon les vœux de l’Autorité Morale du FCC.

Alain Imena

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de