Caractère pléthorique du Gouvernement Ilunkamba : un faux débat

Reaction JP Bemba sur Gouvernement Ilunkamba
Les réactions politiques se multiplient depuis la publication du premier gouvernement sous l’ère Félix Antoine Tshisekedi. Du côté de l’opposition, on regrette le caractère pléthorique du gouvernement.
 
« Un gouvernement de 66 personnes, ça veut dire 66 cabinets qu’il faudra gérer et qui vont coûter à la République » souligne l’ancien vice-président et patron du MLC, Jean-Pierre Bemba, coordonnateur de la principale plateforme de l’opposition, Lamuka. 
« Le budget de la République s’est largement amenuisé. Il aurait été préférable d’avoir une équipe restreinte, qui aurait accru l’efficacité. » a-t-il fait savoir.
 
Jean-Pierre Bemba qui réagissait sur RFI, redoute que ce gouvernement ne soit pas synonyme du changement espéré par les Congolais, et ce malgré l’absence de figures historiques du camp Kabila. « On sait que la corruption est un fléau qu’il faut combattre. Je doute quand même un petit peu des efforts du résultat qui pourrait être obtenu. Je ne vois pas très bien parce que d’abord, vous avez deux équipes qui sont là, qui ont mis neuf mois à se mettre d’accord. Je suppose qu’il y a des intérêts et des accords qui ont été passés. Je dirais qu’ils risquent d’être plombés par des habitudes certainement ou alors des projets et des intérêts qui ne sont pas ceux de la population » a-t-il déclaré.
 
Pour d’autres observateurs et analystes,  dans la situation de la RD Congo d’aujourd’hui, la question la plus pertinente devrait être celle de l’efficacité du Gouvernement. Une équipe de 65 personnes peut-elle être efficace ? La réponse est affirmative pour certains analystes,  à condition d’user de bonnes approches tant dans la sélection des ressources humaines, le management, le suivi du travail que dans le contrôle.
 
Pour eux, il est important donc d’inviter et, surtout d’encourager le Premier ministre à trouver les méthodes de management les plus efficientes susceptibles de donner le plus d’efficacité à son Gouvernement. Efficacité dans l’instauration d’une paix durable, dans la reconstruction des infrastructures, dans la relance de l’agriculture et de l’industrie, dans une meilleure maîtrise de nos ressources minières, dans la réussite économique générale, dans l’amélioration de l’administration de la justice, dans l’éducation et la santé, dans la lutte contre la corruption, dans la fin de l’impunité, et « last but not least « , dans l’éradication de la pauvreté.
 
Ainsi, l’Assemblée Nationale, convoquée en session extraordinaire, du 19 août au 7 septembre 2019, se devra-t-elle de l’investir, conformément à la Constitution et aux lois de la République. D’ores et déjà, il va sans dire que le discours-programme de l’action du Premier ministre Sylvestre, Ilunga Ilunkamba, interviendra si tout va bien cette semaine. 
 

Clément Muamba

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de