La SADC s’engage à soutenir les efforts visant la pacification de l'Est de la RDC

SADC 39th summit

Le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi a pris part au 39e sommet des chefs d’états et de gouvernement de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) clôturé ce dimanche 18 août à Dar-Es-Salaam.

En effet, durant deux jours des discussions ont porté sur des questions de sécurité et de développement dans la sous-région. La SADC s’engage à soutenir les efforts visant la pacification de l’Est de la RDC.

La Communauté de développement de l’Afrique australe a, par la même occasion, pris note des actes d’extrémisme et de terrorisme perpétrés en République Démocratique du Congo, plus précisément dans la région de Beni.

Elle s’est engagée à continuer de collaborer avec la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL) et de consolider les efforts entrepris afin de rétablir la stabilité politique et la sécurité dans la région des Grands lacs.

L’Afrique du Sud, les Comores, la République démocratique du Congo, Madagascar et le Malawi ont été félicité pour la tenue d’élections pacifiques. 

Par ailleurs, les chefs d’État ont signé plusieurs accords de coopération, notamment dans le domaine judiciaire et le secteur de l’industrie.

Pour ce qui est du système judiciaire, les 16 Chefs de la SADC ont signé les protocoles sur l’entraide judiciaire, le transfert entre États des condamnés, l’assistance judiciaire en matière pénale. Un second protocol a été signé dans le domaine de l’industrie.

Accords avec l'Union européenne

Trois accords ont également été signés avec l’Union européenne (UE).

Il s’agit d’un accord sur la mise en œuvre de programmes visant à améliorer l’environnement d’affaires, sur la facilitation des échanges et sur l’industrialisation des États membres. Ces accords visent à soutenir le développement des pays de l’organisation régionale pour une période de 5 ans, d’une valeur de 40 millions de dollars américains.

S’exprimant lors de la cérémonie de clôture, le Président tanzanien John Pombe Joseph Magufuli a qualifié de « succès » la réalisation du sommet qui se déroule à un moment où la région connaît un climat de paix et de sécurité et des processus démocratiques fructueux.

Il a été demandé au Burundi de compléter les conditions manquantes pour devenir membre.

Le président de la SADC s’est félicité du fait que la langue Swahili aie été approuvée comme langue de travail de la SADC, ce qui, pour lui, pourrait contribuer à renforcer la coopération entre les États membres.

Clément Muamba

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de