Le Gouvernement qu’attendent les Congolais

Premier ministre RDC

Il ne s’agit plus d’une simple vue de l’esprit ou d’un vœu sans lendemain. La coalition FCC-CACH a depuis hier soir, au Kempeski Fleuve Congo Hôtel, lancé son existence officielle en vue de la formation d’un Gouvernement commun.

Mais cette fois, toutes les équivoques ont été levées. De sorte qu’il n’y a de place pour la moindre spéculation politicienne dont reste friande la classe politique congolaise.

Les deux plateformes en coalition, ne se sont pas contentées d’annoncer des principes d’ordre général. Elles ont clairement dit devoir travailler sur la base d’un programme commun de Gouvernement. Pas irréversible vers une coalition dont seul l’avenir définira la durée et la portée.

Taille

Ainsi les deux familles ont déclaré avoir trouvé un compromis sur la formation du Gouvernement. Lequel, sera composé de 65 membres dont 48 ministres et 17 vice-ministres. 23 postes reviennent au CACH et 42 pour le FCC.

Un nombre de critères devant guider l’action gouvernementale ont été arrêtées à l’intention du Premier Ministre.

Un ouf de soulagement général a secoué toute l’opinion nationale à l’heureuse annonce de la coalition.

Force est de reconnaître en effet, qu’après les élections du 30 décembre 2018, toute l’attention nationale a déplacé son curseur vers la nomination d’un Premier Ministre. Les choses ont à ce point trainé que l’on a senti une certaine exaspération au sein de la population.

Croyant à un canular, les gens se sont mis à porter des coups sévères contre les deux camps en discussion. Puis est venu la fameuse fumée blanche. Les congolais ont refusé de dormir sur leurs lauriers. Ils ont exigé un Gouvernement impérativement. Nous sommes à un doigt de l’échéance.

Message

Cette soif insatiable des Congolais d’avoir à la fois un Premier Ministre ainsi qu’un Gouvernement complet ne répond pas d’une lubie populaire tropicale. Elle constitue un message que doit à tout prix saisir la coalition si elle tient à un quinquennat fructueux.

La première alternance au Congo est la plus difficile à cerner dans l’exercice du pouvoir en RDC.

Si Mobutu s’en est tiré des décennies durant avant d’affronter l’ire du peuple, c’est parce que la jauge populaire s’est contentée de l’unification et de la paix durables revenues au pays.

Laurent-Désiré Kabila a reçu une mention spéciale pour avoir libéré l’ex-Zaïre de la dictature. Pour le reste et surtout à cause de la guerre d’agression du 2 août 2002, le peuple est resté indulgent avec lui.

A Kabila fils, le mérite revient d’avoir réunifié le pays, puis d’avoir entamé de vastes chantiers de reconstruction. Mais pendant tout ce temps, la grogne sociale n’ a pas manqué de montrer sa pointe menaçante.

Depuis le 24 janvier 2019, les Congolais sont devenus des ventres affamés qui n’ont point d’oreilles. C’est le social ou rien. Et en cela ; la coalition FCC-CACH a hérité d’une croix qu’il faudra savoir porter jusqu’au calvaire ainsi qu’au sacrifice suprême, la mort quant à la corruption de la classe politique la résurrection du pays par la suite sur le plan social.

L’équipe en question

Les Congolais n’auront donc aucune excuse pour ce Gouvernement dont ils attendent ce qu’ils ont différé pendant des lustres.

L’on nous a annoncé l’élaboration des critères rigoureux devant présider à la mise en place de cette équipe. Mais à sa publication, donnera-t-elle toutes les garanties du renouveau. Notamment le rajeunissement de la classe politique.

Cette question est d’autant plus capitale qu’elle constitue le point focal de la préoccupation populaire. Il existe des compétences avérées au sein de la jeunesse congolaise, que c’est aujourd’hui ou jamais que le Congo possède la chance de renouveler enfin sa classe politique.

Déjà que le Premier Ministre est un homme d’expérience et ayant la pleine maturité, il n’est d’aucune utilité de l’encombrer de personnages fossiles. Ce serait un message négatif envoyé à l’opinion qui risque de ne pas se reconnaître dans la nouvelle équipe.

Quelques vieux et sages triés sur le volet, suffisent pour encadrer un groupe de jeunes bourrés de compétences dans tous les domaines.

C’est pourquoi le choix porté sur Thambwe Mwamba a suscité plein d’interrogations au sein du peuple. Le score réalisé par ce dernier constitue un thermomètre indiscutable sur la question.

En opposant ce cliché à celui de Mabunda, ont fait plus de lumière sur le dossier. Le score insolent au – delà de la majorité détenue par sa famille à l’Assemblée Nationale renseigne que pour le coup du rajeunissement de la classe politique, le FCC a donné dans le mille.

Puisse la leçon servir à tout point de vue.

Magg Mikombe

Laisser un commentaire

avatar
  Souscrire  
Notification de